Assange gagne. Le coût : La liberté de la presse est écrasée, et la dissidence qualifiée de maladie mentale

, par  DMigneau , popularité : 0%

Assange gagne. Le coût : La liberté de la presse est écrasée, et la dissidence qualifiée de maladie mentale

La décision inattendue de la juge Vanessa Baraitser de rejeter la demande américaine d’extradition de Julian Assange, déjouant ainsi les efforts visant à l’envoyer dans une prison américaine pour le reste de sa vie, est une victoire juridique bienvenue, mais elle est submergée par des leçons plus importantes qui devraient nous troubler profondément.

Ceux qui ont fait campagne avec tant de vigueur pour que le cas d’Assange reste " sous les feux de la rampe ", alors même que les médias commerciaux américains et britanniques ont travaillé si dur pour le maintenir dans l’obscurité, sont les héros du jour.

Ils ont rendu le prix trop élevé pour que Baraitser ou " l’establishment " britannique acceptent d’enfermer Assange indéfiniment aux États-Unis pour avoir exposé ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité en Irak et en Afghanistan.

Mais nous ne devons pas minimiser le prix qui nous est demandé pour cette victoire.

Un moment de célébration

Nous avons contribué collectivement, par nos diverses " petites actions ", à redonner à Assange un certain " degré de liberté " et, espérons-le, un sursis à ce qui pourrait être une condamnation à mort, alors que sa santé continue de se détériorer dans une prison de « Haute sécurité » surpeuplée de Belmarsh, à Londres, qui est devenue un terrain propice au " Covid-19 ".

Pour cela, nous devrions nous permettre un moment de célébration. Mais Assange n’est pas encore " sorti de l’auberge ". Les États-Unis ont déclaré qu’ils feraient " appel " de la décision. Et il n’est pas encore clair si Assange restera emprisonné au « Royaume-Uni » - peut-être à Belmarsh - alors que de nombreux mois d’arguments juridiques supplémentaires sur son avenir se déroulent.

Les " élites " américaines et britanniques ne se soucient pas de savoir où Assange est emprisonné - que ce soit en Suède, au « Royaume-Uni » ou aux États-Unis. Le plus important pour eux est qu’il continue d’être enfermé à l’abri des regards dans une cellule quelque part, où sa force physique et mentale peut être détruite et où il est effectivement réduit au silence, ce qui encourage les autres à tirer la leçon qu’il y a un prix trop élevé à payer pour la dissidence.

La bataille personnelle pour Assange ne sera pas terminée tant qu’il ne sera pas libéré. Et même alors, il aura de la chance si la dernière décennie de diverses formes d’incarcération et de torture qu’il a subies ne le laisse pas traumatisé de façon permanente, avec des dommages émotionnels et mentaux, l’ombre pâle du « Champion de la transparence », vigoureux et sans reproche, qu’il était avant le début de son épreuve.

Ce sera une victoire pour les " élites " britanniques et américaines qui étaient si embarrassées et effrayées par les révélations de " Wikileaks " sur leurs crimes.

Rejetée sur un " point de détail "

Mais à part ce qui est une victoire personnelle potentielle pour Assange, en supposant qu’il ne perde pas " en appel ", nous devrions être profondément inquiets des arguments juridiques avancés par Baraitser pour refuser l’extradition.

La demande d’extradition des États-Unis a été rejetée pour ce qui était - en fait - un " détail technique ". Le système américain d’incarcération de masse est si manifestement barbare et corrompu que, comme l’ont montré de façon concluante les experts lors des audiences en septembre dernier, Assange courrait un risque sérieux de se suicider s’il devenait une autre victime de ses prisons " super-max ".

Il ne faut pas non plus écarter une autre considération probable de la classe dirigeante britannique : dans quelques jours, Donald Trump aura quitté la « Maison Blanche » et une nouvelle administration américaine prendra sa place.

Il n’y a aucune raison d’être " sentimental " à l’égard du président élu Joe Biden. Il est aussi un grand fan des incarcérations de masse et il ne sera pas plus l’ami des médias dissidents, des dénonciateurs et du journalisme qui remet en cause l’État de « sécurité nationale » que ne l’était son prédécesseur " Démocrate ", Barack Obama.

Ce qui est tout sauf un ami.

Mais Biden n’a probablement pas besoin d’une " affaire Assange " suspendue au-dessus de sa tête, qui deviendrait un " cri de ralliement " contre lui, un résidu inconfortable des instincts autoritaires de l’administration Trump que ses propres fonctionnaires seraient obligés de défendre.

Il serait agréable d’imaginer que les institutions juridiques, judiciaires et politiques britanniques ont eu le courage de se prononcer contre l’extradition. La vérité, bien plus probable, est qu’ils ont " sondé " l’équipe de Biden et ont reçu la permission de renoncer à une décision immédiate en faveur de l’extradition - sur un point de détail " technique ".

Gardez un œil sur la décision de la nouvelle administration Biden d’abandonner l’affaire " en appel ". Il est plus probable que ses fonctionnaires la laisseront " mijoter ", en grande partie " sous le radar " des médias, pendant encore de nombreux mois.

Le journalisme en tant " qu’espionnage "

Il est significatif que le juge Baraitser ait soutenu tous les principaux arguments juridiques de l’administration Trump en faveur de l’extradition, même s’ils ont été complètement démolis par les avocats d’Assange.

Baraitser a accepté la nouvelle définition dangereuse du gouvernement américain du « journalisme d’investigation » comme " espionnage ", et a laissé entendre qu’Assange avait également enfreint la draconienne loi britannique sur les secrets officiels en exposant les crimes de guerre du gouvernement.

Elle a convenu que le traité d’extradition de 2007 s’applique dans le cas d’Assange, ignorant les termes mêmes du traité qui exemptent les cas politiques comme le sien.

Elle a ainsi ouvert la porte à la détention d’autres journalistes dans leur pays d’origine et à leur remise aux États-Unis pour avoir mis Washington dans l’embarras.

Baraitser a reconnu que la « protection des sources » à l’ère numérique - comme l’a fait Assange pour la dénonciatrice Chelsea Manning, une obligation essentielle des journalistes dans une société libre - équivaut désormais à du " piratage " criminel.

Elle a dénigré les droits à la liberté d’expression et de la presse, affirmant qu’ils n’offraient pas " une discrétion sans entrave à M. Assange pour décider de ce qu’il va publier ".

Elle semble approuver les nombreuses preuves montrant que les Etats-Unis ont espionné M. Assange à l’intérieur de l’ambassade équatorienne, en violation du droit international et de son privilège de client d’avocat ; une violation de ses droits juridiques les plus fondamentaux qui aurait dû - à elle seule - stopper les poursuites.

Baraitser a fait valoir qu’Assange bénéficierait d’un procès équitable aux États-Unis, même s’il était presque certain qu’il se déroulerait dans le district oriental de Virginie où sont basés les principaux services de sécurité et de renseignement américains.

Tout jury là-bas serait dominé par le personnel de sécurité américain et leurs familles, qui n’auraient aucune sympathie pour Assange.

Alors que nous célébrons ce jugement pour Assange, nous devons aussi le dénoncer haut et fort comme une attaque contre la liberté de la presse, une attaque contre nos libertés collectives durement gagnées, et une attaque contre nos efforts pour tenir les " élites " américaines et britanniques responsables d’avoir bafoué les valeurs, les principes et les lois qu’elles prétendent défendre.

Alors même qu’on nous offre d’une main un petit prix dans la victoire juridique actuelle d’Assange, l’autre main nous prend beaucoup plus.

La diffamation continue

Il y a une dernière leçon à tirer de " l’arrêt Assange ". La dernière décennie a été marquée par le discrédit, la disgrâce et la diabolisation d’Assange. Cette décision doit être considérée comme la continuation de ce processus.

Baraitser a refusé l’extradition uniquement en raison de la santé mentale d’Assange et de son autisme, et du fait qu’il présente un risque de suicide.

En d’autres termes, les arguments de principe en faveur de la libération d’Assange ont été rejetés de manière décisive.

S’il retrouve sa liberté, ce sera uniquement parce qu’il a été qualifié de " mentalement faible ". Cela servira à discréditer non seulement Assange, mais aussi la cause pour laquelle il s’est battu, l’organisation " Wikileaks " qu’il a contribué à fonder et toute dissidence plus large par rapport aux discours de " l’élite ".

Cette idée s’installera dans le discours public populaire, à moins que nous ne contestions une telle présentation à chaque fois.

Le combat d’Assange pour défendre nos libertés, pour défendre ceux qui, dans des pays lointains, sont bombardés à volonté pour promouvoir les intérêts égoïstes d’une " élite " occidentale, n’était pas autiste ni une preuve de maladie mentale.

Sa lutte pour rendre nos sociétés plus justes, pour obliger « les puissants » à rendre compte de leurs actes, n’était pas une preuve de dysfonctionnement. C’est un devoir que nous partageons tous de rendre notre politique moins corrompue, nos systèmes juridiques plus transparents, nos médias moins malhonnêtes.

Si nous ne sommes pas beaucoup plus nombreux à nous battre pour ces valeurs - pour un véritable « bon sens », et non pour les intérêts pervers, invivables et suicidaires de nos dirigeants - nous sommes condamnés.

Assange nous a montré comment nous pouvons nous libérer et libérer nos sociétés. Il incombe au reste d’entre nous de poursuivre son combat.

Jonathan COOKE

Traduction « En résumé : " Si nous n’avions pas détruit Julian Assange, si sa santé l’avait permis, nous l’aurions volontiers extradé vers les US. En attendant, nous entérinons la criminalisation du journalisme authentique. Gare aux autres " » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : http://www.jonathan-cook.net/blog/2021-01-04/assange-wins-the-cost-pre...

Le Grand Soir