Amérique latine : le " bloc néolibéral " vacille sous le coup des révoltes

, par  DMigneau , popularité : 0%

Amérique latine : le " bloc néolibéral " vacille sous le coup des révoltes

Manifestation dans la ville chilienne de Valparaíso © Marion Esnault (http://marion-esnault.com/)

« Le néolibéralisme est né au Chili et il mourra au Chili », peut-on lire sur la pancarte que brandit fièrement une manifestante à Santiago.

Le pays se soulève contre l’administration Piñera, le président milliardaire dont la politique économique semble en bien des aspects calquée sur celle des « Chicago boys » qui ont entouré Augusto Pinochet.

Longtemps adoubé par les économistes libéraux, le « modèle » chilien rencontre aujourd’hui une opposition populaire d’une ampleur historique.

Plus au Nord, c’est l’Équateur qui s’embrase lorsque le gouvernement de Lenín Moreno décide de supprimer les subventions au carburant ; si l’ordre est rétabli, le président a été contraint de fuir Quito, pour faire de Guayaquil la capitale temporaire du pays…

Ces soulèvements ont pris " à rebours " la plupart des observateurs, qui considéraient le Chili et l’Équateur comme deux îlots de prospérité, à l’abri des antagonismes qui partout ailleurs fracturent l’Amérique latine.

Par Vincent Arpoulet, Randy Nemoz, Nicolas Netto Souza et Pablo Rotelli.


Les contextes diffèrent.

Un pouvoir néolibéral solidement en place depuis 1973 au Chili ; un État marqué par dix ans de « socialisme du XXIe siècle » sous la présidence de Rafael Correa dans le cas de l’Équateur, qui expérimente tout juste ses premières années de réformes dictées par le FMI depuis 2006.

Un point commun cependant : la présidence de Sebastian Piñera et celle de Lenín Moreno ont toutes les deux été présentées par les médias occidentaux comme des modèles de gouvernance stable et responsable, chacun à leur manière.

« Papa, retire ton uniforme et viens lutter avec tes enfants », peut-on lire sur la pancarte de cette manifestante chilienne © Carolina Guimaraes pour " Le Vent Se Lève ".

La présidence de Moreno allait permettre aux Équatoriens d’en finir avec la décennie « corréiste », caractérisée par une politique trop " étatiste ".

Quant au Chili de Piñera, c’était le « contre-modèle » radieux au désastre vénézuélien. Croissance en hausse constante, accroissement spectaculaire des « indicateurs sociaux », taux d’extrême-pauvreté officiellement proche de 0

Dans le cas de Moreno comme dans celui de Piñera, d’importants succès électoraux semblaient confirmer l’appui de la population à leurs réformes.

Ces protestations apparaissent comme la manifestation du rejet, longtemps refoulé, des systèmes en place en Équateur et au Chili, l’exutoire de populations soumises à des réformes impopulaires, auxquels les « canaux institutionnels » classiques n’ont pas donné de moyens ordinaires d’opposition.

De l’Équateur au Chili, les racines communes de la révolte

Au Chili, c’est la troisième augmentation du prix des « transports en commun » dans la capitale en deux ans qui est venue embraser tout un pays. Cette annonce, qui aurait pu demeurer sans conséquences, a résonné comme un véritable " coup de tonnerre ", révélant un malaise bien plus profond.

Comment, dans ce pays du « miracle économique » souvent mis en avant par les grandes « institutions mondiales » comme un modèle de stabilité économique et politique, une telle colère populaire a-t-elle pu éclater et donner à voir aux yeux du monde une population " vent debout " contre tout un système ?

Manifestations au Chili © Carolina Guimaraes pour " Le Vent Se Lève "

Ce sont les structures mêmes du système chilien qui sont remises en cause.

Le pouvoir au Chili, depuis 1973, est caractérisé par l’alliance d’une oligarchie de propriétaires " conservateurs ", d’entrepreneurs étrangers, d’une " caste militaire " encore puissante et " d’intellectuels " néolibéraux qui ont voulu façonner le pays au gré de leur vision du monde.

Cette alliance de circonstances, qui s’est imposée avec l’arrivée au pouvoir de Salvador Allende en 1970, a procuré au Chili un héritage dont il ne s’est pas défait :

- une Constitution autoritaire toujours en vigueur,

- la privatisation d’une très grande partie des secteurs d’activité,

et

- un État complice de prédations sur les ressources, l’environnement et certaines populations minoritaires.

À la fin de la dictature, c’est la « concertation » : le retour à une société de compromis fondée sur la volonté de refonder un pays profondément meurtri ; le taux de pauvreté avoisinait les 40 % contre 28 % en 1973.

Les gouvernements de " centre-gauche " ou " démocrates-chrétiens " qui se succèdent alors ne remettent pourtant pas en cause l’héritage néolibéral et autoritaire de la période dictatoriale.

Bien au contraire : un processus de privatisation de « la santé », de « l’éducation » et du « système de retraites » est progressivement mis en place.

Le « système de santé » se divise entre une partie privée (les « Isapre », " Instituts de santé prévisionnels ") et son pendant public, qui croule sous l’endettement et souffre cruellement d’un manque de moyens.

Un troisième système de santé privilégié, destiné aux seules « forces armées », a vu le jour sous la dictature de Pinochet. 18 % des Chiliens accèdent au système de santé privé, tandis que 70 % dépendant de " Fonasa ", l’institution public de moindre qualité et que 3 % n’ont accès à aucun soin.

Le « système des retraites » creuse lui aussi les inégalités.

Les Chiliens cotisent obligatoirement à hauteur de 10 % de leur salaire dans un « fonds de pension » privé par " capitalisation individuelle ". Mais en moyenne, un retraité ne reçoit que 200 000 pesos – un peu plus de 250 €, avec des prix proches de ceux qui ont cours en France – par mois, une somme largement jugée insuffisante pour vivre décemment.

Il faut ajouter à cela un « système éducatif » marchandisé qui vient lui aussi fractionner la société et qui commence par une division entre collèges « publics » et « privés » ; dans l’imaginaire collectif, elle instaure l’idée selon laquelle l’enseignement supérieur n’est accessible que si l’on est passé par « le privé ».

Tandis que le coût élevé des études supérieures oblige de nombreuses familles à s’endetter, l’État subventionne des établissements privés qui dépensent des fortunes dans la publicité censée leur faire gagner les " parts de marché " que sont devenus les étudiants en devenir.

L’idéal de concurrence, porté par les « Chicago boys », a donc fini par pénétrer jusque dans le secteur de l’université.

Dans une société ouverte à « la mondialisation », marquée par des réformes présentées comme des " réussites économiques " incontestables, les frustrations des catégories populaires et des « classes moyennes » se sont donc peu à peu cristallisées.

Malgré un PIB par habitant élevé, le pays reste largement marqué par de très fortes inégalités. De nombreux indicateurs le démontrent :

- le « coefficient de Gini » est l’un des plus élevés au monde ;

- la redistribution par l’impôt ne vient réduire les inégalités que de moins de 5 %, contre 20 % dans un tiers des pays de l’OCDE ;

- le « 1 % » des Chiliens les plus riches détient 33 % des revenus.

Manifestation dans la capitale chilienne © Carolina Guimaraes pour " Le Vent Se Lève "

En Équateur, les mesures économiques annoncées par Lenín Moreno le 1er octobre 2019 ont suscité une vague d’indignation similaire, engendrant treize jours de grève nationale.

Afin de bien comprendre la situation, il est nécessaire de se pencher en détails sur le contenu de ces annonces.

La mesure la plus contestée concerne la suppression des subventions à la consommation de combustibles qui permettaient jusqu’alors de maintenir le tarif de l’essence à un niveau relativement bas.

Leur suppression entraîne une augmentation significative du prix des carburants, mais également des transports. En effet, suite à l’adoption de ce décret, le tarif d’un gallon d’essence augmente en moyenne d’un dollar, ce qui entraîne par conséquent une hausse de 10 centimes du ticket de bus, immédiatement appliquée par la majorité des transporteurs afin de compenser la hausse du prix des carburants.

Si cette mesure impacte en premier lieu les populations les moins aisées, le gouvernement la justifie en avançant deux principaux arguments.

D’une part, Lenín Moreno affirme que ces subventions favorisent la contrebande de pétrole avec les pays frontaliers, le coût des combustibles étant bien moins élevé en Équateur qu’en Colombie notamment.

D’autre part, il met en avant la nécessité de mettre un terme à la dépendance importante de l’État équatorien vis-à-vis de l’extraction des hydrocarbures.

S’il est vrai, comme l’affirme la Loi adoptée le 27 juillet 2010 réformant la Loi des Hydrocarbures de 1971, que « les hydrocarbures constituent la principale source de revenus économiques pour l’État équatorien », il faut également noter que cette annonce suit de près la décision prise par le président équatorien de quitter « l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole » (OPEP) à compter du mois de janvier 2020.

Or, dans le cadre de l’OPEP, les États sont sommés de respecter des quotas d’exploitation du pétrole et s’accordent sur les modalités d’attribution des concessions aux sociétés pétrolières, ce qui permet la régulation de l’extraction pétrolière.

Des manifestants équatoriens à Quito © Vincent Arpoulet pour " Le Vent Se Lève "

Depuis le début de l’année 2017, l’OPEP a demandé à ses « États membres » de réduire leur production pétrolière, afin de soutenir les cours mondiaux, ce que l’État équatorien refuse.

La sortie de l’Équateur de l’OPEP ouvre ainsi la voie à une augmentation significative des pratiques extractives sur les nombreux gisements d’hydrocarbures présents sur son territoire.

D’autre part, cette annonce s’inscrit dans la perspective de la mise en place de plusieurs contrats de partage de production visant à favoriser l’implantation de sociétés pétrolières privées, à rebours de la politique d’étatisation du secteur des hydrocarbures mise en place par le gouvernement de Rafael Correa, son prédécesseur, qui a notamment instauré une taxe de 25 % des bénéfices pour chaque baril de pétrole produit.

Si cette mesure est la plus contestée, elle s’inscrit dans le cadre de l’adoption d’un ensemble d’autres mesures d’inspiration néolibérale – notamment une réduction des salaires de 20 % pour l’ensemble des nouveaux contrats de travail signés au sein des entreprises publiques, ainsi que la suppression de quinze jours de congés pour les salariés de la « fonction publique ».

Le troisième volet de cet ensemble de mesures économiques annoncées comprend des réductions fiscales à l’importation de tablettes, ordinateurs et téléphones portables, auxquelles s’ajoute un abaissement des taxes à la sortie des capitaux.

Or, l’économie équatorienne étant " dollarisée " depuis 2000, l’État n’a pas les moyens d’émettre sa propre monnaie.

La réduction des taxes à la sortie des dollars risque ainsi de favoriser la « fuite de capitaux », au détriment de l’équilibre interne de l’économie équatorienne.

Des manifestants arborant le drapeau de la République d’Équateur et des communautés indigènes © Ever Orozco pour " Le Vent Se Lève "

L’ensemble de ces mesures s’inscrit dans la lignée d’un prêt de 10,2 milliards de dollars de crédits octroyés par des organismes internationaux tels que le « Fonds Monétaire International » (FMI) ou la « Banque Mondiale », entre autres, en vue d’encourager le gouvernement équatorien à créer une économie « plus dynamique » par le biais de mesures visant à assouplir la fiscalité et renforcer les structures de l’économie " dollarisée ", pour paraphraser Anna Ivanova, chef de mission du FMI pour l’Équateur.

Cela vient appuyer la nouvelle orientation géopolitique impulsée par Lenín Moreno, qui se traduit notamment par le retrait du « droit d’asile » à Julian Assange le 11 avril 2019, l’autorisation de l’installation d’une nouvelle base aérienne étasunienne sur l’île Bartolome dans l’archipel des Galapagos, ou encore, la sortie de l’UNASUR (" Union des Nations Sud-Américaines ") au profit de la création du PROSUR (" Forum pour le Progrès de l’Amérique du Sud "), impulsée par plusieurs gouvernements conservateurs du continent, tels que celui de Sebastian Piñera.

La voie de l’insurrection populaire face à la rigidité des institutions

De quoi le « miracle chilien » est-il le nom ?

On a bien assisté à une baisse significative du taux de pauvreté depuis la fin de la dictature. On peut cependant le relativiser étant donné qu’il correspond au niveau de revenu inférieur à la moitié du revenu médian, lequel est résolument faible dans un pays aussi inégalitaire.

Le Chili a connu de nombreuses contestations toujours plus virulentes depuis les années 2000. À la pointe de cette " synergie contestataire " : les étudiants, qui luttent inlassablement pour une éducation gratuite.

Le pouvoir en place, qu’il s’agisse de la droite de Sebastian Piñera ou des " sociaux-démocrates " de Michèle Bachelet, n’applique que des mesures palliatives sans en remettre les fondements en cause.

La question des retraites est également structurante ; le modèle " par capitalisation individuelle privée ", qui fait reposer toutes les cotisations sur les seules épaules des salariés (il n’y en a aucune pour les employeurs), n’a pas été modifié.

De nombreuses autres contestations se sont multipliées dans le pays depuis deux décennies, dans de nombreux secteurs, allant de la protection des terres de certaines minorités à la lutte pour l’accès à l’eau, en passant par divers combats syndicaux sectoriels.

Les événements actuels apparaissent comme " le point d’orgue " et de convergence de ces colères populaires qui s’agrègent.

En résultent des méthodes d’actions très hétérogènes. Partis de la lutte pour le prix des transports, les étudiants sont d’abord venus bloquer les stations de la capitale, quand bien même ils étaient exonérés de cette augmentation.

La répression se faisant de plus en plus dure, les « classes moyennes », excédées de vivre à crédit, et les « classes populaires » en souffrance, ont joint les cortèges étudiants.

Les casseroles, emblèmes de la protestation des Chiliens contre le président Piñera © Carolina Guimaraes pour " Le Vent Se Lève ".

Piñera riposte alors en lançant l’armée dans les rues ; une première depuis la fin de la dictature.

Loin de mater la contestation, cette décision a mis " le feu aux poudres ". Les syndicats sont aussi " rentrés dans la danse ", jusqu’à appeler à la grève générale.

Derrière le bruit terrible des tirs à balles réelles19 morts sont à déplorer – , c’est le son des casseroles qui s’est fait entendre dans les cortèges.

Ce soulèvement aura également vu la destruction de nombreux biens et le pillage de magasins, autant de signes d’une société " à bout de souffle ".

https://youtu.be/J0jDuuJMV-c

L’acmé de tous ces moyens d’action fut l’invasion par les manifestants des rues de la capitale et les images impressionnantes de ce million de personnes venues occuper tout l’espace de la ville.

À la vision d’une telle mobilisation, Piñera, après avoir annoncé un " plan social " incapable de calmer la colère populaire, sacrifie son gouvernement.

Si les causes à l’origine des protestations possèdent des similarités frappantes au Chili et en Équateur, leurs modalités divergent cependant.

Le système politique chilien, malgré son caractère autoritaire et répressif, autorise l’existence d’une opposition organisée, qui s’est notamment cristallisée autour du mouvement " Frente amplio ".

Ce n’est pas le cas en Équateur, où l’ancien président Rafael Correa et ses alliés politiques subissent une persécution politique sous couvert de " lutte contre la corruption ".

À plusieurs reprises, le « Conseil national électoral » équatorien a invalidé la création d’un mouvement issu de la « Révolution citoyenne » qui aurait été mené par Rafael Correa, avant de l’autoriser à se constituer, dans des conditions résolument défavorables.

Face aux réformes menées par Lenín Moreno, les Équatoriens se sont donc longtemps trouvés sans aucun mouvement électoral alternatif.

Quant aux mouvements indigènes, sans visées électorales pour la plupart, Lenín Moreno a d’abord " parlementé " avec eux, incorporant certaines de leurs revendications les plus inoffensives pour son agenda extractiviste et libéral jusqu’à l’annonce du " paquetazo ".

Privés des canaux classiques que sont les partis politiques et « la presse » (sinon critique de Moreno sur sa droite, du moins favorable à sa politique), les Équatoriens ont donc trouvé dans la rue et les protestations " extra-institutionnels " les moyens de faire entendre leurs revendications.

Des volontaires étudiants apportant leur soutien aux manifestants équatoriens blessés © Ever Orozco pour " Le Vent Se Lève "

Les réformes ont suscité des mobilisations massives à l’appel de syndicats de transports et de conducteurs de taxis, qui ont notamment bloqué pendant deux jours la majorité des axes de circulation dans les principales villes du pays, telles que Quito et Cuenca.

Les deux autres forces les plus mobilisées sont la " Confédération nationale des indigènes d’Équateur " (CONAIE), derrière laquelle se regroupent différents mouvements indigènes, et le " Mouvement pour la révolution citoyenne " réunissant les soutiens de Rafael Correa.

Le mot d’ordre de ces manifestations est clair.

Dans un communiqué publié le 7 octobre 2019, la CONAIE écrit ainsi que : « Nous rejetons les mesures économiques, réunies sous le nom de " paquetazo " et nous demandons le retrait intégral de la lettre d’intention signée avec le FMI  ».

Face aux mesures de dérégulation et de privatisations adoptées dans le cadre du prêt octroyé par différents « organismes internationaux », les moyens d’action utilisés témoignent ainsi d’une volonté de réappropriation des lieux de pouvoir.

En effet, les manifestations se concentrent principalement devant le palais présidentiel et « l’Assemblée nationale ». Le 9 octobre, des manifestants pénètrent même dans l’enceinte du parlement équatorien.

Face à ces mobilisations, le gouvernement équatorien décrète « l’état d’exception » et met en place un « couvre-feu » autour des lieux jugés stratégiques. Cependant, sous la pression populaire, Lenín Moreno finit par accepter un dialogue avec les principaux représentants des mouvements indigènes et il s’engage, le 14 octobre, à retirer le décret ayant provoqué la hausse du prix des combustibles.

Si cette annonce conduit à l’arrêt des manifestations, les représentants indigènes dénoncent les violences commises par les « forces de l’ordre » dans le cadre de « l’état d’exception ».

Au terme de treize jours de manifestations, le " Défenseur du peuple ", organisme public de « défense des droits », fait en effet état de huit morts et 1 340 blessés.

Par ailleurs, 1 192 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles figurent 54 étrangers, dont notamment des Vénézuéliens.

L’après-mouvement social : la possibilité étroite d’une sortie de crise institutionnelle

Les Chiliens – surtout les jeunes – votent peu. Lors des dernières élections, l’abstention atteignait 50 %. Le résultat de ces élections pouvait tout de même préfigurer le haut degré de colère sociale dans le pays avec l’émergence du mouvement anti-néolibéral " Frente Amplio " venu flirter avec le second tour [2] (20 % des suffrages).

Marqueur significatif dans cette période de soulèvement : le projet de loi porté par la députée communiste et figure de la révolte étudiante de 2011, Camila Vallejo.

Elle propose de passer la semaine de travail de 45 à 40 heures. Cette mesure vient d’être approuvée en pleine crise en première lecture par la chambre des députés, le 24 octobre dernier.

Au-delà de cette influence idéologique, le " Frente Amplio " est très largement constitué de militants actifs dans les différentes luttes sociales. À l’avenir, s’il arrive à capter un électorat jeune qui a déserté les urnes, il peut espérer devenir le débouché institutionnel de ce soulèvement.

Dans ses revendications, on trouve notamment la réécriture d’une nouvelle Constitution, destinée à mettre fin aux structures institutionnelles héritées de la dictature.

Manifestation à Valparaíso © Marion Esnault (http://marion-esnault.com/)

Pour autant, dans un contexte de mobilisation sociale aussi intense où la population parvient à obtenir des avancées sociales et faire tomber un gouvernement sans passer par les urnes, on peut prévoir que la participation électorale n’en sortira pas grandie.

Le gouvernement équatorien sort - quant à lui - très affaibli de cette crise sociale.

À deux reprises au cours de leur Histoire, les manifestations de rue ont conduit à la destitution du président en place.

Le 21 janvier 2000 le président Jamil Mahuad, artisan de la " dollarisation " de l’économie équatorienne, est destitué suite à une semaine de manifestations menées par les communautés indigènes.

Le même processus conduit à la destitution de Lucio Gutierrez, au mois d’avril 2005. C’est dans la foulée de ces fortes mobilisations qu’émerge le mouvement " Alianza Pais " conduisant Rafael Correa au pouvoir.

Ce parti politique a donc représenté le débouché institutionnel des divers mouvements de contestation du néolibéralisme.

Cette fois-ci, la mobilisation sociale a contraint Lenín Moreno à quitter la capitale pendant plusieurs jours mais elle n’a connu aucun débouché institutionnel, malgré sa durée et son intensité.

Cela s’explique en grande partie par l’importante division entre les deux composantes majeures des manifestations, à savoir le " Mouvement pour la révolution citoyenne " et la CONAIE.

Cette dernière ne cache pas son hostilité à l’égard de Rafael Correa, à qui elle reproche une politique extractiviste et " anti-écologique ".

Face à ses détracteurs, Correa explique qu’il estimait nécessaire, dans un premier temps, d’impulser une étatisation du secteur des hydrocarbures afin d’orienter la majorité des revenus générés par ces activités vers « l’État », dans le but d’améliorer les conditions matérielles de la majorité de la population, tout en impulsant une diversification de la structure productive, de sorte à créer les conditions de sortie de la dépendance à « l’extractivisme ».

Aujourd’hui encore, les forces d’opposition au néolibéralisme restent fortement divisées autour de la conception d’une politique économique alternative en Équateur.

Par ailleurs, plusieurs membres de l’opposition politique sont actuellement sous le coup d’accusations judiciaires et marginalisés de la scène politique.

Paola Pabon, préfète de la province de Pichincha, officiellement accusée de « rébellion à l’encontre de l’État » dans le cadre des manifestations, a notamment été arrêtée le 14 octobre.

De même, plusieurs proches de Rafael Correa tels que Ricardo Patino, ancien chancelier de l’État équatorien, ou Gabriela Rivadeneira, parlementaire, ont récemment reçu « l’asile politique » de la part du gouvernement mexicain.

Toujours est-il que les dernières mesures économiques annoncées par Lenin Moreno le 18 octobre ne suscitent pas l’unanimité.

Elles incluent notamment un ensemble de réductions fiscales. À cela s’ajoute le fait que le FMI maintient sa pression sur l’État équatorien. L’organisme financier estime que le gouvernement équatorien doit renforcer les mesures " d’ajustement fiscal " et de réduction des dépenses publiques afin de compenser le maintien des subventions au secteur des combustibles.

D’après une enquête d’opinion réalisée par l’institut de sondage " Click Report ", Lenin Moreno ne récolte actuellement que 16,03 % d’opinions favorables, tandis que 68,46 % de la population affirme toujours soutenir les revendications des mouvements indigènes à l’heure actuelle.

Par ailleurs, le " Front uni des travailleurs " appelle déjà à une nouvelle mobilisation face au refus du gouvernement de changer d’orientation économique.

Une file d’attente de manifestants équatoriens en attente de ravitaillement © Ever Orozco pour " Le Vent Se Lève "

Ainsi, la possibilité d’une " sortie de crise " par la voie institutionnelle classique paraît aujourd’hui étroite dans ces pays.

Avec la victoire électorale du tandem péroniste Alberto FernandezCristina Fernandez de Kirchner, elle ne peut pour autant pas être totalement écartée dans une région où les vagues de mécontentement se multiplient.

Les Argentins viennent d’en faire la démonstration en renversant dès le premier tour le Président néolibéral Macri, et en venant par la même clamer dans les urnes ce que les Chiliens et les Équatoriens ont exprimé dans la rue.

Cette vague de contestation du modèle néolibéral dans ces pays proches mais structurellement différents n’est pas sans rappeler ce que Karl Polanyi annonçait dans son ouvrage phare " La grande transformation " (1944) : les populations cherchent à se protéger des effets délétères d’une société où la sphère marchande « désencastrée », finit par dominer toutes les autres sphères de la cité et de la vie, exacerbant les inégalités au profit d’une infime minorité.

L’Amérique du Sud, " laboratoire " de réformes néolibérales radicales durant plusieurs décennies, puis " terrain d’expérimentation " des alternatives institutionnelles et extra-institutionnelles qui y ont été apportées, semble plus que jamais requérir l’attention de qui s’intéresse à l’impact du néolibéralisme sur les sociétés contemporaines.

Rédaction

LeVentseLève.fr