Afrique du Sud : le président Jacob Zuma " rappelé " par son parti, l’ANC

, par  DMigneau , popularité : 69%

Afrique du Sud : le président Jacob Zuma " rappelé " par son parti, l’ANC

SIMON MAINA / AFP

La direction de l’ANC, le parti du président, a décidé ce mardi 13 février d’exercer son pouvoir de " rappeler " Jacob Zuma, qui refuse obstinément de démissionner bien qu’il soit empêtré dans des scandales de corruption.

Jacob Zuma désavoué par son parti. La direction du « Congrès national africain » (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé ce mardi 13 février de " rappeler " le président qui refuse obstinément de démissionner depuis plusieurs semaines.

« Cela a pris treize longues heures mais le " Comité national exécutif " (NEC) de l’ANC a décidé de rappeler Jacob Zuma de son poste de chef de l’État », écrit le site d’informations " The Times ". L’ANC a donné 48 heures au président pour démissionner, précise le groupe audiovisuel public SABC.

Zuma empêtré dans des scandales de corruption

Le nouveau chef de l’ANC, Cyril Ramaphosa, essaie depuis plusieurs semaines d’obtenir le départ anticipé du président Jacob Zuma, dont le deuxième mandat s’achève normalement à l’issue des élections générales prévues en 2019. Mais Jacob Zuma, empêtré dans de nombreux scandales de corruption, a toujours refusé de se plier aux exigences de son parti, très divisé sur la question.

La direction de l’ANC a le pouvoir de " rappeler " tous ses membres délégués à une fonction gouvernementale, comme elle l’avait fait en 2008 pour le président Thabo Mbeki, qui avait obtempéré et accepté de démissionner.

Le chef de l’État n’est toutefois pas obligé d’accepter cette décision. Dans ce cas, l’ANC peut alors décider de présenter devant le Parlement une motion de défiance.

Magazine Marianne