" Affaire Takieddine " : nouveaux témoignages accablants contre Sarkozy et " Mimi " Marchand

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Affaire Takieddine " : nouveaux témoignages accablants contre Sarkozy et " Mimi " Marchand

Nicolas Sarkozy sur TF1 en mars 2018. AFP

Sur " France 2 " ce jeudi soir, l’émission " Complément d’enquête " révèle deux témoignages " à charge " contre Michelle Marchand, la " reine des paparazzis ", et par ricochet Nicolas Sarkozy, dans un des volets du financement de la campagne de l’ex président en 2007.

Mais faut-il croire les deux accusateurs qui s’expriment devant la caméra ?

C’est un portrait non autorisé détonnant que l’émission " Complément d’enquête " propose ce jeudi soir * sur Michèle Marchand, " reine des paparazzis " qui a réussi à pénétrer les " premiers cercles " du pouvoir jusqu’à devenir une familière des couples Sarkozy et Macron.

https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/mimi-marchand-chant-du-cygne-pour-le-phenix-des-medias

Tour à tour garagiste, tenancière de " boîte de nuit ", informatrice de " haut vol " pour la presse " people " ou la police, cette femme de 74 ans a eu " mille vies " flirtant souvent avec la limite de la légalité. Limites parfois franchies qui l’ont menée à des séjours en prison d’où elle a pourtant su, à chaque fois, ressortir sans trop lester son " CV " pour mieux " rebondir " et " renaître " professionnellement comme en devenant une " communicante politique " madrée spécialiste en " gestion de scandales ".

Mise aujourd’hui en examen pour " subornation de témoin " et " association de malfaiteurs en vue de commettre une escroquerie en bande organisée " dans " l’affaire Takieddine ", son portrait dont elle aurait réussi à prendre connaissance ce matin l’aurait rendu furieuse.

Et il y a de quoi.

Deux autres " mis en examen " dans ce dossier – et qui ont participé à ses côtés à la mise en œuvre de la rétractation dans " Paris Match " des propos contre l’ex-président français du marchand d’armes franco-libanais – la chargent lourdement.

UNE INTERVIEW POUR BLANCHIR SARKOZY

Pour rappel, l’objectif de Michèle Marchand dans cette opération était de " blanchir " Nicolas Sarkozy de tout soupçon de financement par Kadhafi de sa campagne présidentielle 2007. C’est du moins la thèse des juges. Thèse corroborée par ses anciens comparses.

" Elle s’est sacrifiée pour cette interview (de Takieddine dans " Paris Match ", N.D.L.R.), cela lui a coûté beaucoup d’argent, 60 000 euros ", assure Noël Dubus interrogé par téléphone.

Thomas Nlend qui a servi de " boîte postale " entre Dubus et Marchand est encore plus précis.

« Son idée était de faire un " scoop ", ce " scoop " avait d’autant plus de valeur qu’il allait innocenter un ami », souligne-t-il.

" Nicolas Sarkozy ? " interroge le journaliste.

" Oui ! ", répond Nlend.

Accablant pour Michèle Marchand et l’ex-président.

HABITUÉS DES COUPS FOURRÉS

Des propos à prendre cependant " avec des pincettes ". Les deux lascars, amis depuis des années, sont des " experts en coups fourrés ". Comme dans " l’affaire Tron " où ils ont tenté de monnayer l’enregistrement réalisé à son insu de l’une des plaignantes.

Et les " rois du bobard ".

L’un, Thomas Nlend, escroc sans envergure devenu " scénariste ", fait aujourd’hui une tentative de réhabilitation dans un livre en prétendant qu’il a infiltré le mouvement d’Alain Soral dont il était " le bras droit ".

Infiltration menée sous l’égide d’un certain " Monsieur Antoine ", soi-disant officier du " Siat ", service technique chargé des infiltrations en France, qui n’était autre que Noël Dubus.

" L’indic d’un indic ", en somme…

On a vu mieux comme gage de crédibilité.

Dubus, c’est bien ce même escroc, " barbouze " et mythomane dont " Marianne " a relaté les étonnantes tribulations et qui a été condamné au moins douze fois depuis 1996 avec un total de seize ans de prison requis par les juges.

https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/dans-le-sillage-de-takieddine-ou-de-kadhafi-noel-dubus-ce-fascinant-personnage

Même " Mimi " Marchand se serait laissée berner par la faconde du personnage. Dans son téléphone portable, les policiers ont retrouvé " la bio " très améliorée du bougre.

" Conseiller de l’ombre auprès de certains chefs d’Etat et ministres africains ", consultant pour la « Cour pénale internationale » jusqu’à son aide pour retrouver des " Picasso " volés pour des services secrets américains, tout empeste pourtant la supercherie.

Le policier qui l’a interrogé dans le cadre de " l’affaire Takieddine " ne s’y est d’ailleurs pas trompé : « Pour quelle raison, raille-t-il, une agence américaine ferait-elle appel à un homme se présentant comme " un lord " mais ne parlant pas la langue de Shakespeare, et un conseiller diplomatique apatride, vivant encore chez ses parents à 53 ans, pour retrouver des tableaux volés à travers le monde ? »

Dans " l’affaire Takieddine ", Dubus et Nlend auraient-ils, pour une fois, dit la vérité ?

Aux juges de démêler le fil de cet incroyable écheveau

Gabriel LIBERT

" Portrait d’une influente de la République ", réalisé par Thomas Lelong sur " France 2 " à 23 heures.

Marianne.fr