" Affaire Benalla ". Nouvelle enquête ouverte pour « faux témoignage » à l’encontre des conseillers de Macron

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Affaire Benalla ". Nouvelle enquête ouverte pour « faux témoignage » à l’encontre des conseillers de Macron

Suite à « la saisine » du Parquet par le Sénat, une enquête vient d’être ouverte pour « faux témoignage » à l’encontre de Crase et Benalla, mais aussi de trois conseillers très proches du président.

Le « Parquet » a annoncé lundi l’ouverture de deux enquêtes préliminaires, une première dirigée contre Alexandre Benalla en lien avec " l’affaire des passeports diplomatiques ", une seconde qui concerne Benalla, Vincent Crase, mais aussi trois proches conseillers du président.

Cette deuxième enquête et la mise en cause de Patrick Strzoda, Alexis Kohler et du Général Lionel Lavergne, fait notamment suite à « la saisine » réalisée par le Sénat qui demandait, le 21 mars dernier, à la Justice de vérifier « un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions » dans les témoignages de ces très proches conseillers du président.

Si le choix de « la saisine » avait divisé le Bureau du Sénat, tandis que l’Elysée avait alors dénoncé une démarche politique de la « Chambre Haute », force est de constater que « le Parquet » a considéré les soupçons et les éléments avancés comme suffisamment recevables pour ouvrir une enquête.

Ainsi, Patrick Strzoda va être mis en cause pour « faux témoignage » dans l’enquête qui porte également sur Alexandre Benalla et Vincent Crase.

Les deux autres conseillers n’ont pas été mis en cause au même titre. En effet, de leur côté, Alexis Kohler et Lionel Lavergne sont cités par « le Parquet » comme pouvant faire l’objet de l’enquête « dans la perspective d’éventuelles investigations complémentaires et suites judiciaires ».

Tous trois sont cependant soupçonnés d’avoir minimisé le rôle réel d’Alexandre Benalla à l’Elysée.

Les sanctions requises par « le Parquet » vont jusqu’à cinq années de prison et 75 000 euros d’amende.

Un nouveau choc pour le gouvernement que " l’Affaire Benalla " ne semble pas avoir fini de fragiliser, entraînant le départ de nombreux piliers de l’Elysée dans une période difficile pour Macron.

Pablo Morao

revolutionpermanente.fr