Acte VI. Surprise, les " gilets jaunes " sont toujours là !

, par  DMigneau , popularité : 0%

Acte VI. Surprise, les " gilets jaunes " sont toujours là !

En pleine période de fête...

Alors que " les médias " et le gouvernement ne cessent de clamer que " l’acte V " marquait la fin du mouvement des " Gilets Jaunes ", ce 22 décembre, est tout autant une surprise qu’une source de panique pour les classes dominantes.

Les " Gilets Jaunes " sont toujours là !

Crédits photo : REUTERS

Macron et ses ministres, " victimes " de leur discours sauce " méthode Coué " ?

A force de répéter que le mouvement des " Gilets Jaunes " s’essouffle, le gouvernement a, semble-t-il, sous-estimé la détermination des manifestants, et ce en pleine période des fêtes de Noël.

Alors oui, la mobilisation de " l’acte V " avait marqué un réel " reflux " en termes quantitatifs dans les rues et une victoire tactique du gouvernement sur le terrain du rétablissement de " l’ordre public ". Pourtant, il est tout aussi clair que la colère exprimée par les " Gilets Jaunes " ne fut en rien calmée.

Bien au contraire.

Cet " acte VI " est ainsi marqué, et ce en dépit des chiffres tout aussi mensongers que ridiculement bas, un revers gouvernemental important, notamment à Paris.

Mieux, les " Gilets Jaunes " ont, semblent-il, tiré le bilan de " l’acte V ". Ainsi, c’est avec une ingéniosité remarquable que les manifestants ont baladé les forces de répression, à Paris comme en province, prenant à revers le gouvernement.

Sur les Champs- Elysées, des images qui rappellent la manifestation du 1er décembre et des scènes où malgré la répression féroce, les " Gilets Jaunes " prennent, au moins momentanément, le dessus.

Loin d’un " baroud d’honneur ", " l’acte VI " marque un véritable rebond de la mobilisation, pas forcément dans les chiffres, mais dans le moral et l’ingéniosité, avec notamment la reprise sous son contrôle des Champs-Elysées qui, depuis le 8 Décembre, avaient été repris sous contrôle par le gouvernement à coup de blindés militaires.

Et au-delà de Macron, ce sont bien les classes dominantes qui sont " en panique " ce 22 décembre. La " trêve de Noël " semble aujourd’hui bien compromise et c’est bel et bien vers un durcissement de ton que le mouvement des " Gilets Jaunes " se dirige, sur le terrain de la lutte des classes.

Julian Vadis

revolutionpermanente.fr