A propos d’un prétendu " droit d’ingérence " dans les affaires d’un Etat tiers

, par  DMigneau , popularité : 0%

A propos d’un prétendu " droit d’ingérence " dans les affaires d’un Etat tiers

Il y a quelques années M. Bernard-Henri Lévy et quelques thuriféraires du nouvel ordre « libéral » décrétèrent un nouveau droit : le « droit d’ingérence humanitaire ».

Et comme ces gens ne sont pas très précis sur les termes, ils transformèrent ce droit en un devoir.

M. Kouchner, ministre " de gauche " et " de droite " mis en œuvre ce " droit-/devoir " d’ingérence en diverses occasions et pas seulement en se faisant photographier portant sur le dos un sac de riz.

Tous ces gens militèrent ardemment pour l’intervention dans l’ex-Yougoslavie, soutinrent les « bombardements humanitaires » sur Belgrade et M. Kouchner finit comme gauleiter de l’OTAN au Kosovo.

La plupart se retrouvèrent pour appuyer la guerre américaine en Irak ou encore pour le dynamitage du régime de Kadafi, ouvrant pour ce pays une période de chaos qui dure encore.

On pourrait détailler les exploits des partisans du " droit/devoir " d’ingérence…

Leur bilan suffit pour condamner ces tristes pitres qui, pourtant, continuent de " pontifier " sur tous les écrans de télévision.

Depuis que l’on a commencé à théoriser la possibilité d’un droit international – on peut dire depuis Grotius, au XVIIe siècle et depuis le « Traité de Westphalie » qui mit fin à la « Guerre de Trente Ans » (1648) on s’accorde généralement pour considérer que le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un État tiers est au fondement de tout droit international dès lors qu’un tel droit vise à la paix.

Que ce principe ait été allégrement violé par tous les fauteurs de guerre, on ne le sait que trop. Mais la violation répétée d’un principe ne suffit pas pour le rejeter !

Kant, un des partisans les plus rigoureux d’un droit international garantissant une « paix perpétuelle » soutient même que le « droit des gens », c’est-à-dire le droit des nations se résume à cette non-ingérence.

Même si on désapprouve le régime politique d’un pays, on n’est pas plus fondé à lui faire guerre qu’on est fondé à intervenir contre un quidam dont on juge la conduite scandaleuse dès lors qu’elle ne met pas en cause le droit en tant règle universelle de la coexistence des libertés individuelles.

On le sait si bien que lorsqu’on a décidé de faire la guerre à un État, on invente toutes sortes de « fake news » pour l’accuser de menées agressives contre les autres États.

Ainsi en fut-il des fameuses « armes de destruction massive » de Saddam Hussein, dont les photographies furent présentées sans vergogne dans des réunions internationales par le secrétaire d’État à la défense américain, le général Colin Powell.

On connaît cependant des cas d’ingérence légitime : par exemple, quand, en 1936, la République espagnole a appelé ses alliés, membres de la SDN, à l’aider à se défendre contre une guerre civile engagée par un général rebelle, la France et la Grande-Bretagne étaient fondées à porter secours à leur allié, et ce non seulement pour des raisons de principes mais aussi parce que les rebelles espagnols étaient soutenus par deux gouvernements qui avaient " claqué la porte " de la SDN et ne faisaient pas mystère de leurs ambitions guerrières notamment contre les pays démocratiques.

Dans ce cas où l’ingérence semblait presque naturelle, notons que la Grande-Bretagne et la France ont " courageusement " pris le parti de ne rien faire, de laisser la république espagnole se faire étrangler par ses bourreaux, ce qui a ouvert la voie à la seconde guerre mondiale !

Insistons : dans ce cas, l’intervention eût été légitime puisque la demande venait du gouvernement espagnol lui-même. On restait donc dans un cadre juridique strictement " westphalien " !

En revanche, ce à quoi nous avons assisté au cours des dernières décennies est quelque chose de très différent.

Dans l’ex-Yougoslavie, en Irak (à deux reprises), en Libye et en Syrie, des grandes puissances sont intervenues, invoquant des motivations " humanitaires " ou " la défense de la démocratie " pour abattre les gouvernements en place et, éventuellement, installer des gouvernements plus à leur goût. Que faut-il en penser ?

Dans cette affaire les bons sentiments, la pitié - par exemple - brouillent notre jugement.

Le régime intérieur d’un État peut-être parfaitement déplorable, juridiquement les autres États n’ont aucune raison d’intervenir directement pour le renverser.

En tant qu’État démocratique - ou à peu près " démocratique " - nous ne sommes évidemment pas obligés de commercer avec un gouvernement tyrannique ni même d’avoir des relations diplomatiques : tout cela n’est qu’une question d’opportunité.

Rien ne nous oblige à inviter le tyran dans la tribune officielle du 14 juillet (Bachar) ou le laisser planter sa tente dans le jardin de l’Élysée…

Mais nous ne pouvons nous autoriser à renverser ces tyrans, renversement qui ne peut être que le fait de " révolutions de palais " ou populaires menées de l’intérieur.

Encore une fois, c’est une question de droit.

Si on s’autorise ce genre d’intervention au motif que le gouvernement n’est pas " démocratique " et " martyrise " son peuple, il est à craindre que la liste des endroits où il faut procéder à des « bombardements démocratiques » ne soit fort longue.

Pourquoi Kadafi et pas la monarchie saoudienne ?

En second lieu, qui décidera que tel gouvernement est " intolérable " ?

Où fera-t-on passer la frontière entre les gouvernements " pas vraiment démocratiques ", " plutôt autoritaires " même et les gouvernements tyranniques ?

Récemment, certains " euroïnomanes " ont cru bon de soutenir que l’Italie était devenue un pays " fasciste ".

Doit-on " prendre les armes " pour faire " rendre gorge " à l’abominable gouvernement italien ?

En troisième lieu, l’expérience montre que toutes ces interventions « humanitaires » tournent régulièrement à la catastrophe.

L’Irak a produit " Daesh " et sous l’égide de l’armée américaine s’est mis en place un gouvernement chiite aussi corrompu que les précédents et guère plus soucieux de la liberté des minorités – les chrétiens d’Irak (car l’Irak était un pays chrétien avant la conquête arabe) regrettent Saddam

L’affaire libyenne est la plus emblématique : le renversement de Kadafi a précipité ce pays dans la guerre civile et n’est pas pour rien dans ce qu’on a appelé " la crise des migrants ".

On peut aussi évoquer l’échec de la coalition à direction US en Afghanistan ou encore la manière dont « nous » avons armé la soi-disant " opposition démocratique " à Bachar mais en fait, comme Hollande l’a confessé récemment, les groupes liés à " Al-Qaida ".

En quatrième lieu, il faut cesser de déplorer les réalités dont on chérit les causes qui les ont produites.

Les " talibans " sont des types peu fréquentables. Mais pour reprendre une phrase d’un président américain, ces « fils de putes » sont «  nos fils de putes ».

Ils ont été propulsés, armés et soutenus par les services occidentaux, exactement comme l’a été l’organisation de Ben Laden. Comme Saddam en son temps fut " le bras armé " des Occidentaux contre le nationalisme socialisant et les communistes puis contre l’Iran.

La liste est longue des régimes tyranniques que « nous » avons soutenus pour ensuite intervenir au nom de " l’humanité " pour renverser ces mêmes régimes : quand le molossoïde qu’on a caressé montre sur la table et mange le repas, le maître se fâche.

Commençons donc par cesser de soutenir les pires tyrans pour des motifs de « realpolitik » et nous aurons fait un grand pas en avant.

Si l’on prend l’exemple de la Syrie, on aura un concentré de toutes les hypocrisies, tous les coups bas, toutes les manœuvres abjectes et de tous les effets pervers de " l’intervention-ingérence ".

Bref, il faut s’en tenir au principe que l’État reconnaît les États et pas les gouvernements.

On pourrait, d’ailleurs, facilement se gausser des palinodies du gouvernement de M. Macron qui reconnaît le putschiste Guaido contre le gouvernement légal du Venezuela mais garde une " prudence serpentine " à l’égard des événements d’Algérie.

Il a parfaitement raison de ne pas de mêler des affaires algériennes et l’on sait que, du point de vue de la démocratie, une intervention française serait des plus contreproductive. Mais il a complètement tort de décider de reconnaître un prétendu " président " contre le président légal du Venezuela.

Que le régime de Maduro soit un régime de bureaucrates corrompus et parfaitement incompétents et prompts à toutes les formes d’autoritarisme, on a de bonnes raisons de le penser. Mais ce régime est aussi, d’une certain manière le produit des interventions internationales, des sanctions économiques et des infiltrations de la CIA.

Mais seul le peuple vénézuélien est fondé à se débarrasser de Maduro.

Bien sûr les partis, les associations, les individus ont le droit de juger comme bon leur semble les régimes des autres États, ils ont le droit d’apporter leur soutien moral et même matériel quand la situation l’exige aux mouvements révolutionnaires ou démocratiques dans d’autres pays.

Mais les États doivent s’en tenir aux règles du droit international.

Denis Collin

AgoraVox