A Dallas, la police a utilisé pour la première fois un « robot tueur »

, par  DMigneau , popularité : 64%

A Dallas, la police a utilisé pour la première fois un « robot tueur »

Alors ça y est. Après que les auteurs de S.F. l’aient longuement imaginé, que ceux de B.D. l’aient dessiné et que les cinéastes l’aient mis en scène, on l’a enfin, ce robot capable de tuer à distance, sans faire courir de risques aux forces de l’ordre. Implacable, invincible et sans états d’âme.

Enfin des savants innovants, des ingénieurs talentueux et des techniciens aux ordres l’ont mis au point, nonobstant les mises en garde (cf. Lettre ouverte de S. Hawking, N. Chomsky... IJCAI 2015). A peu prés au point, quoi ; les ajustements se feront à l’usage, au vu des bavures inévitables. Puis les commentaires des « usagers » sur Tweeter permettront d’améliorer le produit.

Bien sûr, certains des frères de cet Andros (son petit nom) agissaient déjà sur des champs de bataille ; mais pas encore en ville pour le maintien de l’ordre. Et bien sûr, ce précieux auxiliaire est encore télécommandé et non autonome : il ne décide pas encore en son âme et conscience sur qui il peut ou ne peut pas tirer. Mais il semble clair que de perfectionnement en amélioration, il y aura très bientôt de fort bons arguments pour progresser dans ce sens. Ne serait-ce que la rapidité de « décision » et d’exécution qui repose encore sur de fragiles humains.

Il reste maintenant à ses promoteurs à nous persuader qu’il n’est là que pour « notre sécurité », entre les mains d’une puissance policière bienfaisante. Preuve à l’appui, puisque le voici livré à la police US qui ne tue pas davantage qu’un millier de citoyens par an (enquête du Washington Post, décembre 2015).

Il reste aussi à nous persuader que nous vivons dans un monde policé où la « démocratie » et la « citoyenneté » sont acquises pour les siècles des siècles.
Au grand jamais cet attirail de caméras omniprésentes, de bases de données omniscientes, de cartes d’identité infalsifiables... et de robots tueurs ne seront entre de mauvaises mains.

Plus jamais au grand jamais aucun état policier ne prendra la place des humanistes ministres de l’intérieur de nos « démocraties ». Aucun ne pourchassera plus jamais tantôt des boucs-émissaires, juifs comme sous Vichy, maghrébins comme en 1961, roms, réfugiés ou immigrés divers, tantôt surtout ses opposants politiques, comme au Chili, en Argentine, en Tunisie, ou ailleurs... et il n’y a pas si longtemps en Europe même.

Bien heureusement. Car dotés de cet arsenal destiné à assurer « notre sécurité », un tel régime serait d’une « efficacité » inégalable et aucun suspect ou ennemi de l’intérieur ne lui échapperait. Souhaitons aussi, si la France devait acquérir un jour un tel « concentré de technologie », qu’aucun dirigeant zélé ne propose cette belle innovation à un régime ami pour le faire profiter du savoir faire français pour régler les questions sécuritaires...

Gérard Collet

Le Grand Soir