2021 : Année Croizat

, par  DMigneau , popularité : 0%

2021 : Année Croizat

Ambroise Croizat © Rouge Production, Creative commons

Alors que 2020 a fait l’objet d’une grande activité mémorielle et éditoriale autour du centenaire du « Parti communiste français », 2021 apparaît - quant à elle - comme « l’année Croizat ».

En effet, 2021 sera l’occasion de commémorer les 120 ans de la naissance d’Ambroise Croizat, les 75 ans de la loi sur la « Sécurité sociale » qui porte son nom et les 70 ans de sa mort, le 11 février.

Sa trajectoire et son œuvre rappellent les réalisations les plus marquantes du PCF : la promotion de cadres politiques issus des classes populaires, permettant leur représentation politique, et la participation à l’édification d’une législation sociale qui marque encore aujourd’hui la France.

L’Histoire du ministre communiste du Travail à " la Libération " et " père " oublié de " la Sécu " demeure encore largement méconnue.

Retour sur les principaux événements marquants de la vie du " ministre des Travailleurs ".

28 janvier : 120e anniversaire de la naissance d’Ambroise Croizat

Arguant que " le XXe siècle retiendra à n’en pas douter, avec le recul, la fondation du système de santé public créé par Croizat comme l’une de ses plus grandes conquêtes ", les signataires considèrent ainsi que l’ancien « ministre du Travail » est digne de recevoir les honneurs de la nation.

Cette demande hautement symbolique témoigne du renouveau mémoriel autour de la figure d’Ambroise Croizat.

Longtemps méconnu de l’Histoire dite " officielle " et de la population, celui qui a participé activement à la mise en place du régime général de la « Sécurité sociale », avec entre autres Pierre Laroque, Alexandre Parodi, Georges Buisson et des milliers de syndicalistes anonymes, a ainsi vu sa mémoire réhabilitée ces dernières années.

Des productions comme celles de Michel Etiévent, de Gilles Perret, de son petit-fils Pierre Caillaud-Croizat, du " Comité d’honneur Ambroise Croizat " ou encore de Bernard Friot, ont ainsi contribué à remettre sur le devant de la scène cette figure qui est longtemps restée confinée aux milieux militants et dont le nom devient aujourd’hui de plus en plus fréquent sur les « réseaux sociaux », dans les mobilisations sociales ou dans les paroles de certains dirigeants politiques.

Fils de manœuvre, né le 28 janvier 1901 à Notre-Dame-de-Briançon en Savoie, Ambroise Croizat connait particulièrement bien la réalité de la condition ouvrière.

En 1906, son père, Antoine Croizat, organise l’une des premières grèves pour revendiquer une protection sociale, à travers une caisse de secours qui garantirait une " couverture " en cas d’accident ou de maladie.

La grève aboutit à une victoire, mais Antoine Croizat se retrouve licencié en représailles. Sa famille part pour Ugine, puis Lyon, où Ambroise devient ouvrier dès l’âge de treize ans, et entre aussitôt à la CGT.

Un ouvrier au ministère : Croizat, exemple de l’élite ouvrière produite par le PCF et hissée au sommet de l’État

Ambroise Croizat constitue en ce sens un très bon exemple de ces cadres issus des classes populaires et laborieuses, formés à l’école du « Parti communiste » et qui, par leur engagement militant et leur fidélité au Parti, en ont gravi les échelons jusqu’à atteindre une position de pouvoir.

Selon le sociologue Julian Mischi, " le PCF a permis à des catégories dominées de s’affirmer dans l’espace public ". En ce sens, le PCF a su incarner cette fonction de représentation et de formation des classes populaires, en apparaissant comme le " parti de la classe ouvrière ", tout en s’affirmant comme celui de la nation, et en menant une politique de valorisation des profils issus du peuple dans les instances du parti.

Une fonction que le PCF a progressivement cessé d’assumer, depuis la fin des années 1970 selon le sociologue.

La trajectoire militante d’Ambroise Croizat est à ce titre exemplaire.

Dès 1917, il s’inscrit aux " Jeunesses socialistes ".

L’année suivante, il adhère à la SFIO.

Il rejoint le « Parti communiste » dès sa création en 1920, anime dans la foulée les grandes grèves de la métallurgie lyonnaise, puis prend la tête des " Jeunesses communistes ".

Il est, par la suite, nommé secrétaire de la " Fédération unitaire des travailleurs de la métallurgie ".

En 1936, il devient secrétaire général de la " Fédération des métallurgistes " de la CGT unifiée, la plus grande fédération de la centrale syndicale. Surtout, la même année, il est élu pour la première fois « député de Paris », mandat au cours duquel il est le rapporteur de la loi sur les " conventions collectives " à la « Chambre ».

Arrêté en octobre 1939 avec les autres députés communistes restés fidèles au PCF à la suite du " Pacte de non-agression " germano-soviétique, Ambroise Croizat est déchu de son mandat de député et condamné à cinq ans de prison, puis transféré au bagne d’Alger.

Libéré le 5 février 1943, il est aussitôt nommé par la CGT clandestine à la " Commission consultative " du Gouvernement provisoire à Alger.

Par la suite, il siège à partir de novembre 1943 à " l’Assemblée consultative provisoire ", au titre de la CGT.

Président de la " Commission du Travail et des Affaires sociales ", il participe à l’élaboration d’une législation sociale destinée à être mise en place à " la Libération ", dans laquelle la « Sécurité sociale » s’inscrit pleinement.

Cette implication précoce d’Ambroise Croizat dans le projet de « Sécurité sociale » est en tout cas confirmée par Georges Buisson, dans un discours à " l’Assemblée consultative " le 31 juillet 1945, lors duquel il présente son rapport : " Dès avant ce dépôt [d’une demande d’avis sur le projet du gouvernement], notre commission, sur la demande de son président [Ambroise Croizat], s’était saisie de cette importante question et avait consacré deux séances à un examen préalable. "

Au centre, Ambroise Croizat, ministre du " Travail et de la Sécurité sociale ". Assis, à sa droite, Pierre Laroque, directeur de la " Sécurité sociale ". Marcel Willard, directeur de cabinet d’Ambroise Croizat, est à sa gauche, décembre 1945. R.Viollet/LAPPI

Par la suite, il est élu membre des deux " Assemblées constituantes ", ainsi qu’à « l’Assemblée nationale », de 1946 à sa mort. Mais son rôle dans la mise en place de la « Sécurité sociale » apparaît à son apogée lorsqu’il devient " ministre du Travail " le 21 novembre 1945, en remplacement d’Alexandre Parodi.

Pierre Laroque est alors directeur de la « Sécurité sociale ».

22 mai : 75e anniversaire de la « loi Croizat »

C’est en effet à Ambroise Croizat que revient, au lendemain de la « Seconde Guerre mondiale », le rôle de déposer les projets de lois sur la « Sécurité sociale » et la retraite des vieux travailleurs.

Il lui revient également de les défendre publiquement devant « l’Assemblée », les groupes d’intérêts opposés et la presse, et de mobiliser les militants dont les efforts sont nécessaires à la concrétisation de ces principes sur le terrain.

Son premier discours en tant que " ministre du Travail " à « l’Assemblée », le 3 décembre 1945, témoigne de la priorité que constituent pour lui la « Sécurité sociale » et la retraite des vieux travailleurs : " Il faut en finir avec la souffrance, l’indignité et l’exclusion. Désormais, nous mettrons l’Homme à l’abri du besoin. Nous ferons de la retraite non plus une antichambre de la mort mais une nouvelle étape de la vie  ".

À la tête de ce ministère, il ne déposera pas moins de quarante-cinq projets de loi.

Entre novembre 1945 et juillet 1946, il jouera également un rôle majeur dans l’implantation de « Caisses » sur l’ensemble du territoire : 138 « Caisses primaires d’assurance maladie » (CPAM) et 113 « Caisses d’allocations familiales » (CAF).

Le 7  avril 1946, Croizat propose déjà à « l’Assemblée nationale » d’étendre à tous les Français l’allocation accordée aux vieux travailleurs salariés.

Le 22 mai 1946, est adoptée la loi portant généralisation de la « Sécurité sociale », alors surnommée " loi Croizat ".

Le nom de Croizat est ainsi associé à la fois à la construction de l’édifice législatif de la « Sécurité sociale », à sa dimension affective pour les militants, et à l’implantation territoriale de ses « Caisses ». En somme, à la concrétisation du plan rédigé par Pierre Laroque, afin qu’il ne demeure pas une simple orientation théorique classée " sans suite ".

Pour ce faire, il s’appuie sur les travailleurs et les militants de la CGT avec lesquels il semble garder un contact permanent. Aussi s’adresse-t-il à eux le 12 mai 1946 : " Rien ne pourra se faire sans vous. La Sécurité sociale n’est pas une affaire de lois et de décrets. Elle implique une action concrète sur le terrain, dans la cité, dans l’entreprise. Elle réclame vos mains "

Extrait de " l’Humanité " du 3 mai 1946, vantant la “ loi Croizat ”. © Gallica

À la tête du ministère, Ambroise Croizat tente - par exemple - de contourner l’interdiction de valorisation salariale en doublant les allocations familiales, puis en augmentant de 50 % la rémunération des heures supplémentaires.

Il supprime également l’abattement de 10 % sur les salaires féminins ce qui, en plus de réaliser l’égalité salariale entre les sexes, permet une hausse des cotisations pour la « Sécurité sociale », créant ainsi un cercle vertueux en faveur du " régime général ".

C’est dans une ambiance particulièrement conflictuelle que, le 8 août 1946, Ambroise Croizat prononce devant « l’Assemblée » l’un de ses principaux discours. Il y qualifie la législation adoptée de " compromis, mais un compromis très positif, réalisé sous la pression populaire ".

Il témoigne ainsi à la fois des avancées que cet ensemble de lois représente pour la population, – réalisées grâce au soutien de celle-ci –, et en même temps des limites imposées par les différentes oppositions au " régime général ".

Les débuts de la « Guerre froide » jouent un rôle décisif dans la conflictualisation des relations entre les forces du " tripartisme ", ce qui ne manque pas de menacer la bonne application du plan de « Sécurité sociale ». Cette situation de tension aboutit en 1947-1948 à la scission entre la CGT et FO, scission qui porte atteinte au front syndical ayant permis la mise en place réussie des caisses de « Sécurité sociale ».

Cette rupture se traduit également, au même moment, par la fin de la participation des ministres communistes au gouvernement, – et parmi eux, d’Ambroise Croizat.

En ce sens, l’historienne Claire Andrieu relève que « le commencement de la " Guerre froide " et le départ des communistes du gouvernement marquent la fin de l’expression au niveau politique des solidarités nées dans " la Résistance ". Le programme du CNR perd son milieu nourricier et entre dans la légende.  »

Le lendemain de son éviction du ministère du Travail, Ambroise Croizat, dans un meeting à Saint-Denis, indique : « Ma présence au ministère ne m’a jamais fait oublier mon origine et mon appartenance à la CGT. Je ne mériterais pas votre confiance si, par malheur, je m’étais laissé aller, au cours de mon activité gouvernementale, à oublier vos souffrances et vos intérêts. Ces derniers se confondent trop avec ceux de la nation pour qu’un ministre communiste puisse les oublier. […] La lutte continue pour l’indépendance nationale et l’instauration d’un bien-être pour tous »

Ambroise Croizat et ses camarades, renvoyés sur les bancs de « l’Assemblée », semblent demeurer quelque peu impuissants dans les évolutions portant sur la « Sécurité sociale » et les retraites.

Entre son exclusion du gouvernement Ramadier le 5 mai 1947 jusqu’à sa mort, l’ancien " ministre du Travail et de la Sécurité sociale " ne déposera pas moins de quatorze projets de loi en tant que député, mais ces propositions auront désormais avant tout valeur de témoignage.

Elles s’inscrivent dans une stratégie de lutte visant la défense de l’œuvre dont il a été l’un des principaux acteurs. Quelques mois avant sa mort, il lèguera ainsi en quelque sorte cette lutte " en héritage ", lors de son dernier discours à « l’Assemblée », le 24 octobre 1950 : « Jamais nous ne tolérerons que soit rogné un seul des avantages de la " Sécurité sociale ", nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès. »

Cette citation, l’une des plus reprises par la littérature militante évoquant Ambroise Croizat, sonne comme une mise en garde pour l’avenir de la « Sécurité sociale », source d’inquiétudes pour son ancien ministre, dont la santé décline.

11 février : 70e anniversaire de la disparition du « ministre des Travailleurs »

Son décès, le 11 février 1951, s’accompagne de nombreux hommages, rendus par l’ensemble de la classe politique. Le plus représentatif est certainement celui d’Édouard Herriot, alors président de « l’Assemblée », qui prononce le 13 février un éloge funèbre au début de la séance, devant les députés debouts pour honorer la mémoire de leur ancien collègue.

Édouard Herriot salue ainsi cet homme, qui « tenait un langage de ministre, remarquable chez un homme qui n’a été formé que par les cours du soir. […] On comprend que les travailleurs se montrent à ce point émus par la disparition de celui qui leur fut si étroitement dévoué. Ministre du travail, il leur disait un jour : “ J’entends demeurer fidèle à mon origine, à ma formation, à mes attaches ouvrières et mettre mon expérience de militant au service de la nation. ” Reconnaissons qu’il est demeuré fidèle à ce programme. »

Outre les hommages provenant de la classe politique, qui reconnaît unanimement le dévouement de Croizat, son enterrement " à la Victor Hugo ", qui aurait réuni jusqu’à un million de personnes selon Michel Etiévent, démontre la reconnaissance du peuple « ouvrier » pour celui qu’il nomme le « ministre des Travailleurs ».

L’enterrement d’Ambroise Croizat, le 19 février 1951, Ciné Archives (Capture d’écran, modifiée)

Le lyrisme du journaliste de " L’Humanité " Jean-Pierre Chabrol, présent le 17 février 1951 à l’enterrement d’Ambroise Croizat, permet de saisir l’importance de cette cérémonie pour les militants communistes et cégétistes :

« C’était comme un fleuve veiné de tricolore où tremblait la brume des cravates de crêpe. Œillets, lilas par milliers, des couronnes sur toute la largeur de la rue. Par milliers, sur des kilomètres. Comme si des parterres fleuris s’étaient mis soudain à marcher. Mineurs du Nord ou d’Alès, en bleu, lampe au côté, " métallos " de Citroën ou de Renault, élus barrés d’écharpes, la France entière s’était, ici, donné rendez-vous. »

En témoigne aussi Fernand Crey, ouvrier chimiste de Savoie, qui a fait le déplacement à Paris :

« Il y avait un monde fou. Le " Père-Lachaise " était plein et la foule arrivait de partout. C’était la première des grandes figures du Parti communiste qui disparaissait après " la Libération ". Il laissait un héritage social considérable. On lui devait tout : la " Sécu ", les retraites, les " conventions collectives ", la prime prénatale, le statut des mineurs et des électriciens et gaziers, les " Comités d’entreprise ", la " Médecine du travail " … Tout ce qui te rend digne et te débarrasse des angoisses du lendemain ».

Les images filmées du cortège d’Ambroise Croizat sont à ce titre saisissantes, dévoilant en effet une foule immense, preuve de la popularité du défunt, portant ses portraits, des gerbes offertes par les délégations ouvrières, des drapeaux en berne, et une tribune d’où lui rendent hommage les principaux dirigeants du mouvement ouvrier alors présents.

Auteur d’un article sur la " liturgie funèbre des communistes ", Jean-Pierre Bernard propose une analyse intéressante du « devoir de mémoire » communiste, révélant un usage politique, mais aussi une dimension quasi " métaphysique ", à travers une forme de sacralisation laïque de ses héros disparus, dont le dévouement pour la classe ouvrière inspire à la fois humilité et admiration.

" L’image de la mort prématurée imputable à l’activisme militant revient régulièrement " selon lui, avant de citer l’exemple d’Ambroise Croizat, s’appuyant sur un article qui lui rend hommage dans " L’Humanité ", le lendemain de sa mort :

" Après une grave intervention chirurgicale parfaitement réussie, la convalescence suivait son cours et l’impression du corps médical était que la guérison devait venir normalement.

Brusquement, une hémorragie intestinale s’est produite, compliquée d’une crise d’urémie, qui a entraîné une mort rapide. Cette complication a été d’autant plus grave que l’organisme d’Ambroise Croizat était déjà miné par les privations et le surmenage de sa vie militante. "

Croizat est ainsi présenté comme " mort d’épuisement " afin de réaliser la conquête de nouveaux droits pour les travailleurs, symbole de sa générosité et de son dévouement héroïque, voire " sacrificiel ", à la classe ouvrière.

Sa mort prend donc une dimension communautaire, se place à l’origine d’une mémoire collective dans une étape importante du mouvement ouvrier, à travers l’exemple qu’il constitue pour les militants.

Malgré l’importance de ces obsèques et la claire volonté d’inscrire l’œuvre d’Ambroise Croizat dans la mémoire collective de la classe ouvrière, les décennies suivant sa disparition seront marquées par une activité mémorielle en déclin.

La place que l’Histoire de la « Sécurité sociale » lui accorde, malgré des premiers travaux sortis dès les années 1950, semble secondaire par rapport à celle qu’y occupe Pierre Laroque.

Celui-ci poursuivra au cours des décennies suivantes son activité de « haut-fonctionnaire » en charge des questions liées à la protection sociale, mais de telle sorte que son ancien ministre de tutelle tombera peu à peu dans l’oubli pour se confiner à des cercles militants de plus en plus réduits.

L’intérêt nouveau porté ces dernières années à Ambroise Croizat, dans un contexte de fortes mobilisations sociales et d’utilisation accrue des « réseaux sociaux » à des fins militantes, a toutefois permis de rappeler le nom cette figure majeure du mouvement ouvrier et de l’Histoire du système social français.

Léo ROSELL

LeVentseLève.fr