Le coup d’Etat invisible