LES BASES SOCIALES DE LA QUESTION FÉMININE